Éliminer les violences patriarcales, grande cause des féministes


L’ADF appelle à participer aux diverses manifestations qui se tiendront à l’occasion du 25 novembre, journée internationale de lutte pour l’élimination des violences à l’égard des femmes. Ces mobilisations permettent chaque année de mettre en lumière les propositions issues de l’expertise féministe, les plus à même de mettre fin aux violences faites aux femmes. 

La justice spécialisée, outil indispensable pour la protection des femmes et des enfants

Nous demandons au Gouvernement la mise en place d’une justice spécialisée qui rassemble le juge pénal, le parquet, le juge aux affaires familiales, le juge des enfants et le juge d’application des peines. Cette justice spécialisée dans la lutte contre les violences intrafamiliales, conjugales, sexuelles et sexistes permettra de protéger les femmes et leurs enfants avant, pendant et après les séparations.

Le milliard, une nécessité de financement public de la politique de lutte contre les violences

Conformément à l’évaluation des besoins des associations spécialisées et de la Fondation des femmes, l’ADF demande que le Gouvernement consacre un milliard d’euros à la lutte contre les violences conjugales

L’autonomie financière, levier capital de lutte contre les violences économiques 

Dépendance économique et surreprésentation des femmes parmi les populations précaires augmentent le risque d’exposition aux violences masculines. C’est la raison pour laquelle l’ADF demande la déconjugalisation de l’Allocation de Soutien Familial ainsi qu’un soutien accru aux mères monoparentales, davantage exposées à la précarité voire à la pauvreté.

59,3% des salarié.e.s au SMIC sont des femmes : l’augmentation du SMIC est donc cruciale pour permettre l’émancipation économique de toutes. Enfin, nous réaffirmons notre opposition à la réforme des retraites : tout recul de l’âge et tout allongement de la durée de cotisation pénaliseraient encore davantage les femmes, qui touchent d’ores-et-déjà des retraites plus faibles. 

La sororité internationale, face aux violences infligées aux femmes dans le monde entier

Nous dédions cette journée aux Iraniennes qui luttent aux cris de « Femme ! Vie ! Liberté ! » contre la violence misogyne d’État du régime des mollahs, aux Afghanes qui subissent la haine des Talibans et une dictature déterminée à annihiler leurs droits et leur existence, aux Ouïghoures réduites en esclavage et à toutes celles sur la planète qui se battent pour leur dignité et qui ont besoin d’une solidarité féministe sans faille.

Laurence ROSSIGNOL

Présidente

Contact presse : Yseline FOURTIC-DUTARDE // 06 59 39 14 84